Revue de presse

Nicolas Rozier, Vivre à la hache, par Sophie Brassart

Il y a derrière le noir de la couverture la couleur du sang qui gicle, comme giclait la pâte colorée du pinceau de Van Gogh, dans le recueil Vivre à la Hache de Nicolas Rozier, paru aux éditions de L’arachnoïde en avril 2017. Il y a aussi jusque dans le titre cette...

lire plus

La Main de brouillard dans le Matricule des anges

Il aime les rebelles, les dévastés, les suicidés de la société, Nicolas Rozier. Ceux qui ont fait de leur vie un défi à nos possibilités de vivre. Il aime leur poésie surcalcinée, pantelante d’authenticité suppliciée, celle des rares, de ceux à qui il a consacré un...

lire plus

L’Astre des anéantis dans le Magazine Littéraire

L’énergie de l’écriture de Nicolas Rozier est un grand élan fraternel qui empoigne le lecteur dès la première ligne et ne le lâche plus. On entend dans cette prose imprécatoire et incantatoire une tessiture, un genre de voix qui ne s’est plus fait entendre avec cette...

lire plus

L’Astre des anéantis dans le Magazine des Livres

POÈTE RARE Cette prose d'effarement est l'oeuvre d'un écrivain et peintre qui pratique l'art du reflet. En effet, ses acryliques comme ses écrits sont d'une même encre, trempée dans le "lyrisme des affres". Son Tombeau pour les rares (Editions de Corlevour, 2010)...

lire plus

Tombeau pour les rares dans la Revue Europe

Première surprise : on prend cet ouvrage dans ses mains, comme si l’on soulevait une stèle. Une stèle légère pourtant, presque aérienne. Tombeau pour les rares échappe aux classifications. Il se situe dans la singularité, et, paradoxalement, dans la pluralité en...

lire plus

Tombeau pour les rares dans le Magazine des Livres

Quel beau livre que ce Tombeau pour les rares. Visuellement déjà, grâce à son large format et à sa sobre couverture noire sur laquelle les mots blancs du titre éclatent et s'évasent, tel un calice. Mais beau aussi par son contenu qui, malgré le nombre et la diversité...

lire plus

L’Écrouloir dans la Revue Europe

Ce bref et dense texte, écrit dans une prose poétique souple alternant avec des poèmes, nous entretient de l’un des derniers dessins d’Antonin Artaud, qui est reproduit en couverture. Nicolas Rozier nous en parle non certes d’une manière didactique, mais comme un...

lire plus