Nicolas Rozier

Né en 1971 à Reims, la ville du « Grand Jeu », Nicolas Rozier découvre presque clandestinement l’œuvre de Roger-Gilbert Lecomte, peu après celle d’Antonin Artaud et de Jacques Prevel, les unes menant aux autres en ricochet d’évidence, durant une période de formation littéraire écourtée par cette révélation… En savoir plus >

Publications /

/ Dessins

Le Magazine Littéraire, Jean-Yves Masson

L’Énergie de l’écriture de Nicolas Rozier est un grand élan fraternel qui empoigne le lecteur dès la première ligne et ne le lâche plus.

Revue Europe, Charles Dobzynski

L’art de Nicolas Rozier n’est pas celui d’un cérémonial funèbre, mais d’un choral de l’éveil.

Le Matricule des anges, Richard Blin

Il aime les rebelles, les dévastés, les suicidés de la société, Nicolas Rozier. Ceux qui ont fait de leur vie un défi à nos possibilités de vivre.

Revue Europe, Marie-Claire Bancquart

Ce texte, fortement écrit, est nourri d’une vraie connaissance de la vie et de l’œuvre d’Artaud.

Actualités

Lecture de « Vivre à la hache » (extraits) à la galerie-librairie Zoème à Marseille, le 9 décembre.

extrait de "Vivre à la hache", Nicolas Rozier L’Association Zoème a été créée en 2014. Elle expose et publie des photographes contemporains. Les portes de notre maison d’édition sont aussi ouvertes aux poètes. Notre siège ouvre à l’automne 2017 : lieu...

Doubles Limbes

(Texte lu à l’Institut National d’Histoire de l’Art, le 17 mars 2017, sur l’invitation d’Anaïs Lelièvre, dans le cadre du séminaire : le geste dessiné). Le geste dessiné, si prolixe lorsqu’on s’ébat sur le papier, la toile, la peau ou les murs, se terre dans le...

Anne : texte de Francis Giauque lu par Nicolas Rozier

Nuit de novembre. Pluie et brouillard sur la ville. je n'ose sortir que la nuit. La lumière me fait peur....

Lettre à Guy Darol pour son « Guerrier sans poudre ».

Mon cher Guy, avant toute chose, te dire combien m’a touché le halo d’affection rayonnante dont tu nimbes tes lignes, enjouées par une pureté qui prend par la main ou par l’épaule ton lecteur camarade. Ton roman chapitré à la Dietrich nous ouvre les rues de Paris, les...

Me contacter

3 + 4 =